Parlez breton à vos enfants

 

Erruet er skol – À l’école

 – Demat ! Bonjour !

Noz vat ! Bonne nuit !

Devezh mat dit ! Bonne journée à toi !

Penaos ‘mañ kont ? Comment ça va ?

Mont a ra mat ! ça va bien ?

N’a ket mat ! ça va pas !

Derc’hel da vont ! ça continue !

Fiskal ! Impeccable !

Kousket ‘peus mat ? As-tu bien dormi ?

Ya ‘vat ! Oh oui !

’M eus ket kousket un dakenn ! Pas du tout !

Petra ‘peus debret ? Qu’as-tu mangé ? (Prononcer Para teus debret /Peta… /P’ra… ?)

Bara ‘mann ! Du pain beurre !

Ur grampouezhenn gaotigell. Une crêpe confiture

Edaj. Des céréales

Un aval. Une pomme

Karotez. Des carottes

Mann ‘bet. Rien du tout

Petra ‘peus evet ? Qu’as-tu bu ?

Ur banne jug frouezh. Un jus de fruit (prononcer Eur banne /Eur bannac’h / Eur bañc’h)

Ur banne laezh. Un verre de lait

Ur banne chokolad. Un verre de chocolat

Ha debriñ ‘ri er skol ? Tu mangeras à l’école ? (Prononcer Ha dibiñ / Ha drebiñ)

An niverennoù – Les nombres

  – Unan, daou, tri, pevar. Un, deux, trois, quatre (masc.).

ou Unan, div (diw), teir, peder. Un, deux, trois, quatre (fem.).

 – Pemp, c’hwec’h, seizh, eizh. Cinq, six, sept, huit.

 – Nav, dek, unnek, daouzek, trizek. Neuf, dix, onze, douze, treize.

Un toullad kaozioù – Quelques mots

 – Pelec’h ‘mañ ar privezioù ? Où sont les toilettes ?

Ezhomm ‘peus d’ober titich ? Tu as besoin de faire pipi ? (e’mm)

Ezhomm ‘peus d’ober kakac’h ? Tu as besoin de faire caca ?

Pelec’h ‘peus lakaet da neñ-neñ ? da dou-dou ? da nanarzh ? Où as-tu mis ton doudou ? ton nounours ?

N’ ankounac’h ket da gaier kenskrivan ! N’oublie pas ton cahier de correspondance !

Gortoz ‘ta, da votoù ‘zo dilaset ! Attends, tes chaussures sont délacées !

Ha c’hwezhet ‘peus da fri ? T’es-tu mouché ?

Labour mat ! Devezh mat dit ! Travaille bien ! Bonne journée !

Ha ya ! Gra ur pok (ur bouch) din (diñ) ‘ta ! Ah, oui ! Fais-moi donc une bise !

Le Bilinguisme par Immersion

Ce qui fonde le type d'enseignement de Diwan, ce n'est pas la parité horaire des deux langues, la langue dominante et la langue minorisée. C'est l'objectif d'un bilinguisme réel et performant dans les deux langues. Le français étant absolument dominant dans toute la société: dans la rue, dans la vie publique, dans les média, les radios et les télévisions, dans la plupart des familles, l'école se doit d'offrir une immersion linguistique en breton à 100% dès le plus jeune âge: même ainsi, l'imprégnation en breton ne représente que 25 à 30% de la vie éveillée de l'enfant d'une famille francophone. C'est relativement peu. C'est entre 3 et 4 ans que la capacité d'apprentissage des langues est la plus forte. A travers le jeu, le chant et les activités, le jeune enfant apprend, sans effort, quelle que soit sa langue maternelle.

A Diwan, la plus grande partie des parents ne parlent pas le breton et cependant, les élèves deviennent parfaitement bilingues à la fin du cycle primaire. A Diwan, la maternelle fonctionne entièrement en breton. Les apprentissages fondamentaux de la lecture, de l'écriture et du calcul se font en breton. Les connaissances acquises sont ensuite transposées en français sans effort d'acquisition supplémentaire en primaire. Apprendre à lire, c'est toujours apprendre à lire, quelle que soit la langue utilisée. C'est toute la vie de l'école qui se passe en breton. Le breton n'est pas seulement la langue de la classe, c'est la langue de la vie sociale.

Au collège comme au lycée, le breton est la langue des rapports sociaux et de l'enseignement de la plupart des matières. L'utilisation de l'anglais pour enseigner certaines matières complète cette méthode efficace d'apprentissage linguistique. La spécificité de cet enseignement, fait de Diwan, actuellement, la seule filière utilisant la langue bretonne comme langue véhiculaire à tous les niveaux, dans la vie scolaire et sociale. C'est une condition nécessaire pour donner au breton les meilleures chances de rester une langue vivante et créatrice, utile pour l'avenir des Bretons et ne pas servir seulement de marque d'identité que l'on afficherait sans la maîtriser ou la pratiquer.

 

Une Stratégie: l'Immersion

Même si le bilinguisme n'est pas devenu aujourd'hui une chose banale, nos institutions sont de plus en plus confrontées au problème et notamment dans le domaine scolaire. Plus sensible dans les régions à forte identité disposant d'une langue spécifique, comme la Bretagne, le problème ne se limite d'ailleurs plus seulement à elles. Différents facteurs, comme le "rétrécissement" du monde dû aux moyens modernes de communication ou la construction européenne ont déplacé la revendication pour un enseignement bilingue vers des populations qui se contentaient jusqu'alors de leur monolinguisme et sentent aujourd'hui la nécessité de se doter de nouveaux outils de communication. Il ne fait guère de doute que l'école de demain devra s'ouvrir largement au bilinguisme.

L'Europe dispose dans ses différents états d'un capital naturel permettant une normalité bilingue puisque l'on dénombre 46 minorités linguistiques différentes sur 15 états. Certains de ces états se sont engagés ou s'engagent dans des politiques linguistiques visant à développer ces bilinguismes naturels. C'est ainsi que l'on trouve des systèmes d'enseignement bilingue à l'échelle du Pays de Galles, en Catalogne, en Frise Hollandaise ou en vallée d'Aoste par exemple.

A Diwan, depuis plus de 20 ans que nous vivons cette expérience, nous sommes persuadés que l'enseignement bilingue Breton-Français que nous développons est susceptible d'apporter à la Bretagne des compétences supplémentaires bien utiles dans la France et l'Europe de demain.

L'enseignement immersif, expérimenté il y a une trentaine d'années au Canada donne une réponse satisfaisante à l'objectif qui est le nôtre : bilinguisme précoce, face à la situation linguistique qui est la nôtre : le déséquilibre total entre les deux langues de la communauté. Le principe même de l'immersion est non pas d'enseigner la langue en tant que telle mais de l'utiliser comme moyen d'apprentissage dans des domaines variés. Un enfant n'apprend pas volontiers une langue quand il ne voit pas à quoi elle sert. Le problème est différent quand elle devient un outil d'acquisition d'un savoir.L'autre aspect de l'enseignement immersif qui apporte une réponse à notre objectif de bilinguisme précoce est son caractère intensif. Le manque d'efficacité que l'on reproche souvent à l'enseignement des langues étrangères ou secondaires est lié en grande partie à son caractère extensif : peu d'heures sur sept années. 

Les avantages du bilinguisme

Sur le plan éducatif, le bilinguisme apporte sans contexte de nombreux avantages. Le plus évident est sans doute la compétence nouvelle qu'il confère à l'individu utilisant en alternance et de façon naturelle deux systèmes linguistiques., Cette compétence en ouvre d'ailleurs à d'autres puisque l'on sait que le fait de posséder de façon efficace deux systèmes de communication permet d'en apprendre un troisième puis un quatrième avec bien plus d'aisance que lorsqu'on ne possède qu'une langue au départ.

Sur le plan culturel aussi le bilinguisme offre des avantages puisqu'en plus du fait de donner à l'individu la connaissance et la maîtrise de sa propre langue, de sa propre culture, renforçant ainsi son sentiment d'appartenance à une communauté, élément indispensable à son équilibre, elle lui donne aussi accès à une autre langue, une autre culture. Tout ce qui contribue à l'enrichissement culturel de l'individu bénéficie à la communauté toute entière.

La société aussi tire donc bénéfice d'une éducation bilingue. Le citoyen habitué au maniement de deux langues, habitué aux différences culturelles sera plus volontiers ouvert aux autres et à leur particularité. Il sera plus volontiers tolérant et apte à comprendre et respecter la différence de l'autre. Bien des attitudes négatives naissent de la crainte suscitée par celui qui est différent, étranger et de l'incompréhension.

Les économies régionales et nationales, enfin, gagneraient sans doute à produire des citoyens bilingues, aptes à devenir rapidement plurilingues. Chaque pays, chaque région doit aujourd'hui vendre de plus en plus au-delà de ses frontières. Les entreprises sont donc appelées à devenir toujours plus compétentes en matière de communication. La connaissance de l'autre est un facteur essentiel dans les relations que l'on a avec lui.

Un objectif : le bilinguisme précoce  

La recherche scientifique a mis en évidence depuis plusieurs années, l'importance de tous les apprentissages précoces dans l'acquisition de connaissances et de compétences tout au long de la scolarité. L'enfant est, en effet, dans son jeune âge, dans les conditions optimales d'apprentissage. Ceci est principalement dû au fait que c'est pendant la petite enfance que se fait l'essentiel du développement du cerveau et des capacités intellectuelles. La richesse des stimulations extérieures et leur variété joueront par la suite un rôle important dans la capacité de chaque individu à acquérir et à développer certaines connaissances. De fait, c'est entre 0 et 6 ans que beaucoup d'apprentissages doivent être éveillés. C'est un âge pour lequel l'enfant est très réceptif et apprend sans effort. Ce qui est vrai pour tous les apprentissages fondamentaux l'est aussi pour les langues.

C'est donc très tôt que doit être introduit l'apprentissage d'une autre langue. L'idéal étant même que cet apprentissage démarre au niveau de la famille. Les parents et souvent les grands-parents, du moins il y a quelques années, ont toujours été les premiers éducateurs et sans doute les plus efficaces. Ceci étant dû à la nature même de la relation parent-enfant, essentiellement affective, qui est un facteur déterminant dans la réalisation des premiers apprentissages.

Le bilinguisme précoce doit donc se réaliser dans l'une ou l'autre des combinaisons suivantes : 

* père-mère

* parents-environnement extérieur

* parents-école maternelle.

 

source : www.diwanbreizh.org

Pourquoi DIWAN ?

 

La langue bretonne

S'il existe des écoles Diwan c'est parce que le breton existe : langue vivante dépositaire d'une culture orale et littéraire unique qui s'inscrit dans une filiation celtique européenne vieille de 2000 ans. Langue d'une nation souveraine jusqu'au XVè siècle, parlée au IXè siècle dans toute la péninsule armoricaine.

En 1900, Sébillot estimait à 1 300 000 le nombre des bretonnants; nous sommes aujourd'hui 400 000. C'est encore beaucoup si l'on compare à l'ensemble des langues minoritaires en Europe occidentale (il y en a une quarantaine) : de 150 000 locuteurs pour les moins parlées à 2 millions et demi pour les plus répandues. Avec moins de locuteurs qu'en Bretagne, mais avec une reconnaissance officielle, plusieurs ne déclinent plus, mais au contraire se développent.

A travers Diwan, c'est la survie de la langue bretonne qui se joue. La possibilité de transmettre notre langue aux générations futures nécessiterait une volonté politique affirmée, dans les médias et dans la vie publique en Bretagne. Dans le cas contraire, la course contre la montre pourrait être définitivement perdue et l'un des éléments les plus importants du patrimoine celtique ne serait plus que curiosité d'archives. Mais au-delà du breton lui-même c'est la démocratie dans l'un de ses fondements, et son respect qui seraient atteints. Défendre le breton, c'est préférer la diversité à l'uniformisation, la variété à la monotonie.
Lisez l'extrait de la conférence de Claude Hagège, linguiste au collège de France, donnant son point de vue en 1988 sur les écoles bilingues Diwan.

 

source : www.diwanbreizh.org

Projets Pédagogiques

Diwan est un mouvement de parents et d'enseignants faisant le choix de faire vivre une culture par le moyen de l'école prenant comme support principal de cette culture la langue bretonne, outil moderne de pensée, d'expression et de communication.

Jusqu'à la création de Diwan, aucun choix n'était possible, l'école véhiculant une seule culture, la culture française au travers d'un unique support : la langue française.

L'école Diwan, de la maternelle à l'université, est la façon concrète de vivre une dynamique de reconquête et de réappropriation de la culture bretonne et de son support premier, la langue bretonne bien que cette réappropriation culturelle dépasse largement le cadre scolaire.

Diwan se place dans une perspective d'évolution moderne de notre culture et civilisation, tenant compte des réalités environnantes dominées par la culture et la langue française, pour un processus d'enrichissement mutuel.

L'école Diwan est ouverte à toute famille bretonnante ou non, motivée par les aspects ci-dessus, sans distinction d'origine, de race ou de langue, de religion.

Les objectifs de Diwan

Le mouvement Diwan intègre au travers de son action pédagogique, éducative et culturelle, deux buts essentiels et indissociables ; ainsi les objectifs d'ordre culturel et linguistique sont liés aux objectifs propres à l'institution scolaire en général.

Objectifs d'ordre culturel et linguistique

L'un des objectifs premiers de Diwan est la réalisation d'un système d'enseignement permettant l'utilisation du breton comme langue véhiculaire de la maternelle à l'université afin de :

 

  • donner aux enfants de Bretagne une éducation et une formation en breton.
  • d'entretenir et de développer un sentiment d'appartenance et d'enracinement culturel à travers la connaissance et la maîtrise de leur langue, de leur histoire, de leur culture.
  • de donner à la Bretagne une école moderne, ouverte sur l'avenir, capable de préserver et de développer son identité.

 

Diwan se doit également d'amener les enfants à une égale maîtrise et à une égale compétence en breton et en français au travers d'un enseignement bilingue en immersion, qu'ils réinvestiront ensuite dans l'apprentissage d'autres langues.

La langue est un outil de communication, de découverte, de travail, d'apprentissage et de formation, le but restant toujours, à travers elle, l'épanouissement de l'enfant.

Objectifs généraux de l'école

La contribution au développement de la personnalité de l'enfant dans la conquête de sa socialisation, de son autonomie, de sa prise d'initiative et de sa responsabilisation est indissociable des enseignements généraux en liaison avec les instructions officielles. La créativité, les idées de tolérance, de coopération sont aussi liées à tout le développement cognitif et intellectuel que s'attache à diffuser le système pédagogique Diwan. Dans ce cadre, l'acquisition de connaissances comme celle de techniques de travail autonome amènent les enfants à réinvestir leurs acquis de manière opportune.

Les moyens pédagogiques

Les principes éducatifs généraux

Au travers de conceptions pédagogiques basées sur l'immersion linguistique dès le plus jeune âge, des relations positives élève/adulte régissent tout l'enseignement. Ces relations de respect mutuel concernent l'ensemble des usagers des établissements Diwan. Ainsi l'adulte considère les erreurs des élèves comme des expériences nécessaires, des passages obligés à une meilleure appréhension du monde environnant comme à une progression positive dans le domaine scolaire. Les élèves seront soutenus et aidés à fournir les efforts nécessaires à l'acquisition des données proprement scolaires comme à celle concernant le développement de leur personnalité sociale. L'élève n'est pas considéré comme un être passif : son développement se fait à partir de ce qu'il est, de ce qu'il vit, de ses motivations, de ses actes spontanés au travers de techniques pédagogiques actives qui le considèrent comme moteur de son propre enseignement. L'enfant est au centre du système éducatif Diwan.

Ainsi donc, l'enseignant au travers du choix des méthodes et démarches relevant de sa responsabilité exploitera le vécu des enfants, leurs expériences, leurs observations en y apportant tous les enrichissements nécessaires. Tout en prenant en compte l'hétérogénéité de ses élèves, il recherchera toujours l'adhésion de ceux-ci. Afin de répondre positivement à l'ensemble de ces objectifs, un travail d'équipe est nécessaire entre tous les partenaires éducatifs du système pédagogique Diwan.

Les langues

La langue de vie des établissements scolaires Diwan est le breton. Ceci répond aux principes d'immersion linguistique qui amènent les élèves à comprendre puis à communiquer avant de conceptualiser en breton, langue véhiculaire d'enseignement. A l'appréciation de l'enseignant, en fonction des situations, le français pourra être utilisé ponctuellement comme recours, notamment auprès de nouveaux élèves. Un soin particulier sera apporté à l'acquisition d'un niveau d'expression orale de qualité. Le système orthographique breton utilisé par l'ensemble des établissements Diwan est le " Peurunvan ". Le breton est langue véhiculaire d'enseignement, ainsi l'apprentissage de la lecture notamment s'effectue en breton.

Le français est introduit progressivement à partir du CE1 et devient à ce moment moyen d'apprentissage. Au collège, la troisième langue vivante devient elle aussi langue d'apprentissage en fin de cycle. Les apprentissages fondamentaux effectués en breton ne sont pas reconduits en français (mécanismes de lecture, notions mathématiques…) mais adaptés à la spécificité de la nouvelle langue.

Ouverture de l'école

Les établissements Diwan s'intègrent dans un environnement qui sera pris en compte par les enseignants dans tous ses aspects. De la même manière, les enseignants prennent en compte l'ensemble des évolutions nouvelles en matière pédagogique et linguistique.

Au sein de l'établissement les classes ne sont pas des structures pigées : l'équipe pédagogique peut organiser des décloisonnements de classes, des échanges de services… Ceci représente, entre autres, une manière d'assurer une bo,nne continuité entre les différentes classes, entre les différents cycles, entre l'école maternelle et l'école primaire. De la même manière, avec toujours le souci de continuité, des relations régulières sont mises en place entre l'école primaire et le collège, comme plus tard entre le collège et le lycée.

Le conseil pédagogique

Le conseil pédagogique peut être modifié et évoluer sur proposition des assises pédagogiques qui sont organisées régulièrement et qui peuvent faire des propositions au congrès.

Les outils

Le système pédagogique Diwan utilise la richesse de l'héritage culturel et introduit des techniques nouvelles (informatique, audio-visuel…) et, dans les différentes langues d'enseignement, crée des outils spécifiques à ses besoins. Ainsi, Diwan subvient aux besoins des classes en matière d'ouvrages pédagogiques destinés aux élèves tout au long de leur scolarité. Des commissions de production de manuels scolaires et de terminologie sont mises en place en réponse au développement des structures pédagogiques de Diwan. Pour le cas où une documentation manquerait, l'enseignant pourra recourir à des documents existants dans une autre langue.

Les acteurs de la vie scolaire

Les élèves

Les élèves des écoles Diwan (maternelle, primaire, secondaire…) acquièrent dès le plus jeune âge, des aptitudes réelles à l'apprentissage des deux langues, des deux modes d'expression culturelle propre à notre environnement breton. Au collège, ces aptitudes leur permettent d'aborder efficacement l'enseignement d'une troisième puis d'une quatrième langue. Le développement des facultés linguistiques et culturelles s'accompagne d'une exigence philosophique et morale particulière en ce qui concerne le respect des individus et des cultures, l'intérêt et l'acceptation de soi-même et d'autrui mais aussi, d'une forte motivation à investir activement les valeurs et l'instruction transmises. Ainsi, le système éducatif Diwan, au delà des impératifs propres à la fonction scolaire directe, incite à la mise en place de structures amenant les élèves à être toujours plus autonomes et plus responsables dans le cadre scolaire comme à l'extérieur de celui-ci. Le système éducatif Diwan répond à l'ensemble de ces impératifs, au travers de ses structures et modes de fonctionnement, ceux-ci se voulant être adaptables et évolutifs dans le temps et dans l'espace.

Les enseignants et les personnels associés

Enseignement maternel et primaire 

Au travers d'une formation spécifique de deux ans, prenant en compte l'ensemble des impératifs pédagogiques et éducatifs propre à l'enseignement dans les établissements Diwan, les élèves instituteurs Diwan (professeurs des écoles Diwan) acquièrent des compétences pédagogiques et linguistiques - théoriques et pratiques - qu'ils réinvestiront dans leur pratique de l'enseignement bilingue breton-français.

Les instituteurs (professeurs des écoles) sont responsables de l'ensemble des activités scolaires des élèves, leur apportent une aide au travail personnel et en assurent le suivi. La formation initiale comme la formation continue des enseignants les aident à répondre à l'ensemble de ces missions.

Les enseignants Diwan, au travers de structures opportunes, participent activement à l'ensemble de la vie éducative de l'association.

L'équipe pédagogique 

L'ensemble des enseignants d'une école collabore au sein d'une équipe pédagogique. Les autres personnels de l'école ayant une fonction pédagogique ou éducative peuvent y être associés. L'équipe pédagogique gère l'ensemble des problèmes éducatifs, anime la vie pédagogique et en assure la cohérence au sein de l'école entière. Elle est aussi le garant des idéaux pédagogiques de Diwan à son premier niveau.

Enseignement secondaire 

Les professeurs de collège ou de lycée, au travers de formations universitaires spécifiques ont la charge et sont responsables de l'ensemble des activités scolaires des élèves propre à leurs disciplines d'enseignement. Une formation initiale et continue les aide à assurer l'ensemble de ces missions.

Les animateurs-éducateurs pédagogiques ont la charge des élèves en dehors des horaires ordinaires des cours. Ils assurent les animations périscolaires des établissements comme l'aide au travail personnel des élèves.

L'ensemble des professeurs et éducateurs de collège ou de lycée d'un même établissement collaborent au sein d'une équipe pédagogique qui prend en compte et raite de l'ensemble des problèmes éducatifs et pédagogiques propres à l'établissement.

Les structures de gestion pédagogiques

Le conseil pédagogique 

Le conseil pédagogique est la représentation de l'ensemble de la structure pédagogique et éducative Diwan ; ainsi y sont représentés les différents personnels d'enseignement ainsi que les familles. Il définit les objectifs pédagogiques propres à chaque matière d'enseignement, les objectifs et modes d 'évaluation des élèves comme du système éducatif Diwan, précise les orientations pédagogiques générales qui en découlent. Le conseil pédagogique gère les problèmes liés aux formations initiales ou continues des enseignants comme ceux liés à la création des matériels pédagogiques.

Les personnels techniques associés 

Ce sont les personnels ayant des fonctions pédagogiques précisent : conseillers auprès des enseignants, chargé de formation, chargé de matériel pédagogique, coordinateur pédagogique…

Le coordinateur pédagogique harmonise et assure le fonctionnement ordinaire de l'ensemble de la structure pédagogique de Diwan, met en application les différentes décisions pédagogiques, veille au respect des idéaux pédagogiques de Diwan.

Le chargé de formation gère l'ensemble des problèmes relatifs à la formation initiale et à la formation continue des enseignants et éventuellement des personnels associés aux écoles.

Le conseiller pédagogique aide et soutient les enseignants dans leurs établissements, exerce des activités d'évaluation et de recherche sur le terrain, contribue aux liaisons d'information entre les établissements et les structures de gestion pédagogique.

Le personnel chargé de la création pédagogique gère la production et la diffusion de documents à usage scolaire (écrits, sonores, visuels ou informatiques) en accord avec les besoins exprimés par les enseignants au travers du conseil pédagogique.

L'ensemble de ces structures pédagogiques fonctionne en liaison avec les autres services de l'association diwan et en particulier avec le service administratif.

Les familles

Les parents d'élèves sont les partenaires de l'établissement scolaire. Leur droit à l'information et à l'expression est respecté. Au travers de structures adaptées, ils accèdent à l'information, proposent et suscitent la réflexion sur la vie scolaire de Diwan.

L'ensemble des parents, au travers de l'A.E.P., de son bureau et des structures mises en place (commissions), peut participer à la vie éducative de l'établissement suivant des modalités précisées par le règlement intérieur, à sa gestion, à son image sur et dans l'environnement de celle-ci.

Dans les établissements secondaires, cette participation des parents se fait par le biais de leurs délégués au sein du conseil d'établissement pour les aspects pédagogiques et éducatifs, et de leurs délégués au conseil d'administration pour les aspects financiers.

Les organismes centraux de gestion

Les membres de l'association, au travers d'un congrès, élisent un bureau exécutif qui met en application les décisions du Comité Directeur, lui même émanant directement de chaque établissement. Le directeur général en liaison avec le bureau exécutif, gère l' ensemble des fonctionnements ordinaires de l'association. La diffusion des informations pédagogiques générales auprès des familles est du ressort du bureau exécutif de Diwan.

Les partenaires privilégiés

Diwan s'est entouré de partenaires privilégiés, ceux-ci répondant à des besoins spécifiques exprimés par elle-même en matières pédagogique, de formation, d'animation auprès des enfants et de leur famille, de création de matériels didactiques…

Les niveaux de décision pédagogique

L'enseignant est responsable de l'ensemble des activités scolaires de ses élèves. Il choisit, adapte ses méthodes de travail en tenant compte de l'ensemble des données issues de son environnement de travail, du niveau général des élèves, des objectifs généraux à atteindre ou d'objectifs plus spécifiquement établis. Il doit assurer l'explication et la compréhension du choix de ses options pédagogiques (technicité de mise en œuvre des programmes généraux de Diwan, modes d'enseignement choisis, distributions horaires, etc.).

L'équipe pédagogique gère tous les problèmes éducatifs propres au fonctionnement de l'établissement dans son ensemble, en assure la cohérence. Le directeur de l'établissement met en application ces décisions ; il en informe les familles comme les structures de gestion de l'établissement, de manière suivie et circonstanciée. L'équipe pédagogique est responsable des différents projets qu'elle élabore. Les aspects techniques et financiers de ces réalisations sont gérés en concertation avec les structures de gestion de l'établissement (école, collège, lycée).

Les concertations entre équipe pédagogique et structures de gestion de l'établissement marquent les liaisons existant entre les parents (représentants des familles) et les enseignants (institution scolaire). Ces concertations traitent des différents aspects de la vie de l'établissement (règles de vie, financements divers, projets éducatifs, adaptations horaires, promotion de l'école, etc.).

Dans les établissements secondaire, c'est le conseil d'établissement qui statue et prend les décisions concernant la vie éducative et pédagogique de l'établissement.

Les structures de gestion de l'établissement sont responsables du bon fonctionnement matériel de celui-ci et confient la gestion éducative des personnels non-enseignants travaillant dans l'établissement, au directeur de celui-ci.

Les structures de gestion de l'établissement n'ont pas à proprement parler de prérogatives pédagogiques. Cependant, elles se doivent de répondre aux sollicitations des enseignants, des parents, d'inciter des derniers à prendre part positivement à la vie de l'établissement, comme à créer un environnement bretonnant autour des enfants et de leur établissement.

Le conseil pédagogique, en liaison avec les personnels techniques du service pédagogique, traite de l'ensemble des problèmes pédagogiques généraux à l'association. Ceux-ci concernent essentiellement les secteurs suivants :

 

  • formation initiale et continue
  • matériels pédagogiques
  • évaluations et recherches pédagogiques
  • fonctionnement

L'ensemble des projets émanant du conseil pédagogique et ayant des implications budgétaires notables, remettant en cause les principes de fonctionnement institutionnels comme pédagogiques, seront soumis à l'approbation des structures de gestion centrale de Diwan (bureau exécutif, comité directeur, congrès).

L'ensemble des actions concernant les activités professionnelles des enseignants (méthodes, matériels, évaluation des élèves, animations pédagogiques…) sont sous la responsabilité du conseil pédagogique au travers de son président. Les familles, au travers des structures de gestion de l'association Diwan Breizh, au travers des concertations dans les écoles, prennent part à la vie pédagogique intérieure.

 

source : www.diwanbreizh.org

Le centre de formation Kelenn

 

KELENN le Centre de Formation Pédagogique de DIWAN a ouvert ses portes en 1997. En 1998 il est devenu Institut Supérieur de Formation Pédagogique en juin 1998 et reçoit chaque année quelque 150 stagiaires en formation.

KELENN dispense une formation initiale aux futurs professeurs des écoles, au nombre de 15 chaque année, avant de leur confier la responsabilité d'une classe. Il organise une préparation au concours de Professeur des Ecoles ainsi qu'au diplôme professionnel auquel il conduit. Il assure la formation continue des enseignants du premier et du second degré.

Les objectifs de chaque formation sont multiples : 

  • amener les futurs maîtres de DIWAN au niveau de compétence linguistique requis pour enseigner en langue bretonne ;
  • leur apporter les fondements pédagogiques nécessaires pour mettre en ?uvre dans leur classe des pratiques adaptées aux besoins et attentes des élèves et correspondant à leur démarche personnelle ;
  • les former à l'enseignement bilingue de langue minoritaire et à l'immersion linguistique afin qu'ils deviennent les acteurs du projet éducatif de DIWAN et contribuent à son évolution ;
  • les préparer à la gestion de toutes les relations qui font la vie de l'école et participent à son bon fonctionnement.

  

LA FORMATION LINGUISTIQUE

La formation en langue bretonne revêt une importance toute particulière. En effet les candidats qui se présentent à la formation n'ont pas toujours eu la possibilité de suivre un cursus leur permettant d'atteindre la compétence nécessaire en langue bretonne pour dispenser un enseignement pluridisciplinaire dans cette langue.

Il est donc essentiel de proposer tout au long des deux années de formation initiale une place importante à cet enseignement. Cette formation prévoit donc 410 heures de cours de langue bretonne. Il est également important de permettre à des enseignants qui vont enseigner différentes disciplines en breton de recevoir une formation qui utilise les principes de l'immersion linguistique.

La formation disciplinaire et didactique est dispensée en breton pour un tiers de son contenu. C'est une proportion qu'il est souhaitable de faire augmenter mais pour cela KELENN doit rechercher en permanence les collaborations qui pourront le permettre.

LA FORMATION PEDAGOGIQUE

L'objectif de KELENN est de donner aux nouveaux maîtres de DIWAN les fondements théoriques qui leur permettront de mettre en ?uvre une pédagogie active et innovante. Mais qu'entend-on par "pédagogie active" ?
Le choix de ce type de pédagogie induit une organisation de la classe qui permet de mettre l'enfant le plus souvent possible en situation de faire et découvrir par lui-même. Il joue ainsi un rôle actif dans ses apprentissages.
Mais pouvait-on, à KELENN, inciter les stagiaires à faire le choix d'une pédagogie active en leur proposant uniquement des cours magistraux durant leur formation au centre ? Ce serait prendre au pied de la lettre la maxime :"Fais ce que je te dis, ne fais pas ce que je fais" !
L'ambition de KELENN est de mettre les stagiaires en situation de vivre leur formation et d'en être les acteurs.
En effet, si durant leur formation ils découvrent le plaisir du travail en équipe, le plaisir de mener à bien des projets dont ils ont l'entière maîtrise, on peut imaginer qu'ils seront à même de faire rapidement la transposition dans leur classe et qu'ils auront entre les mains les ingrédients nécessaires pour prendre en compte la notion de plaisir et d'autonomie chez l'enfant.

LA FORMATION A L'ENSEIGNEMENT BILINGUE

En créant en 1977 sa première école, DIWAN a ouvert en Bretagne le chantier de l'éducation bilingue breton - français. Cela s'est fait avec des moyens plus que modestes et il est heureux que l'investissement collectif de tous les acteurs de ce projet ait permis de faire progresser la connaissance et la pratique de l'enseignement immersif. Pour que cela continue il faut que ce chantier reste ouvert en permanence et puisse s'enrichir des résultats de la recherche, de la formation, de l'innovation.
Cette démarche doit à la fois s'appuyer sur la spécificité de la situation que nous vivons en Bretagne, à DIWAN en particulier, mais également sur la connaissance de l'enseignement bilingue dans sa globalité partout où il existe.

Les missions de KELENN sont donc multiples et débordent souvent celle de la formation pour rejoindre celle de la recherche .

 

Contact

Adresse:
3 straed Vañde / 3 rue de Vendée
29000 KEMPER

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Téléphone: 02 98 95 55 99

www.kelenn.fr

 

mammenn : www.diwan.bzh et www.kelenn.fr