Pourquoi les enfants bilingues ont l’oreille musicale

Liquan Liu — 13.02.2017

Le bilinguisme accroît les capacités cognitives.
Le bilinguisme accroît les capacités cognitives
Infant Enjoying Metal Concert | SteFou! via Flickr CC License by

Une étude récente montre que les bébés qui apprennent à parler plusieurs langues pourraient bien développer une sensibilité accrue à la musique au cours de leurs premières années.

Par rapport aux petits qui n’apprennent qu’une seule langue, les enfants bilingues (ou multilingues) sont capables de déceler d’infimes variations de tonalité dans le langage.

Afin de comprendre si cette sensibilité était associée spécifiquement au langage, nous avons cherché à tester la sensibilité des enfants aux changements de tonalité musicale.

Dans une recherche menée récemment, René Kager et moi (Liquan Liu) sur un échantillon de 42 bébés de 9 mois, nous avons découvert que les nourrissons qui grandissent dans un environnement bilingue sont plus en mesure de distinguer la différence entre deux notes de violon que leurs comparses monolingues.

Cette découverte nous mène à penser que les petits bilingues sont dotés d’une plus grande sensibilité auditive que les enfants monolingues. Autrement dit, les expériences multilingues de ces enfants les rendent peut-être plus aptes à détecter de petites différences dans leur environnement sonore, quelle que soit la nature du son (musique ou langage).

Sensibilité aux sons
Il a été prouvé que le fait de parler une langue à tons (ou langue tonale) comme le chinois facilitait la perception musicale, sans doute parce qu’on y emploie différentes hauteurs pour prononcer les mots. La recherche que nous menons actuellement suggère qu’il en va de même pour les enfants bilingues (quelles que soient les langues qu’ils parlent).

Quand les enfants apprennent deux langues différentes, ils construisent un système mental plus complexe et plus détaillé, dans lequel la superposition des sons et leurs différentes hauteurs leur permettent de mieux comprendre les phénomènes sonores, au-delà même du langage.

Ces bébés bénéficient d’une certaine expérience en matière de détection et de distinction fine de différences entre deux langues, et ils utilisent ces capacités pour améliorer leur perception du son en général, et donc leur perception de la musique.

Avec René Kager, nous avons aussi posé l’hypothèse selon laquelle les enfants multilingues sont plus attentifs aux détails sonores que les enfants monolingues, car étant accoutumés à passer d’une langue à l’autre, leur cerveau et leurs oreilles sont « entraînés ».

Être bilingue, un atout
Les effets du bilinguisme ne sont pas restreints au langage. En effet, quand un bilingue s’exprime, tous les langages qu’il connaît s’activent dans son cerveau et, pour parler, il jongle constamment entre les fonctions de suppression et d’activation associées au langage.

Selon certains chercheurs, les bilingues ont de meilleures capacités cognitives que les monolingues, notamment en termes de fonctions exécutives.

Les avantages du bilinguisme apparaissent très tôt chez les enfants. Outre leur sensibilité sonore accrue par rapport au langage et à la musique, les nourrissons bilingues sont plus doués que les monolingues pour :

Identifier et détecter de nouvelles informations

Adopter de nouvelles règles, de nouveaux comportements et ajuster ses objectifs en fonction

Faire preuve de plasticité cérébrale à l’écoute d’une langue qui n’est pas la langue maternelle

Distinguer ou à reconnaître des langages différents

Apprendre simultanément de deux structures de discours différentes

Interpréter les intentions du locuteur

Se montrer sensibles aux indications visuelles associées au langage

Faire preuve de facilités en matière de communication sociale

Utiliser leur mémoire de travail et ce ne sont là que quelques exemples…

Les chercheurs ont constaté que les enfants bilingues sont capables de distinguer entre leurs deux langues dès le début de l’apprentissage et que leur rythme d’apprentissage du langage est identique à celui des enfants monolingues qui ont reçu la même exposition au langage.

Qu’il s’agisse d’apprendre une nouvelle langue, de reprendre la pratique d’une langue que vous avez déjà parlée, ou d’élever votre enfant pour qu’il devienne bilingue, le bilinguisme est un excellent moyen d’améliorer ses capacités de perception, de cognition, d’apprentissage et même de modifier la structures de votre cerveau.

source The Conversation

et source Slate

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *